— Le Blog Prévention

Alerte à l’excès de bruit dans les entreprises françaises !

L’évolution des travailleurs dans un environnement bruyant (engins de chantier, équipements de travail, call center…) constitue, aujourd’hui, un élément de préoccupation majeur pour les médecins du travail et autres préventeurs. Il faut dire qu’un risque d’atteintes auditives chez les travailleurs existe dès lors que ceux-ci  sont exposés à un niveau de bruit quotidien de 80 décibels.  Ces derniers peuvent d’ailleurs, conformément à la loi, bénéficier, dans ce cas, d’un examen audiométrique préventif. Au-delà de 85 décibels, une surveillance médicale renforcée peut même leur être accordée.
Et pour cause, les conséquences d’une exposition durable sont d’autant plus nocives qu’elles peuvent être à l’origine de désinsertion professionnelle. Selon une enquête IPSOS (janvier 2011), 71 % des gens travaillant sur un chantier de construction se disent gênés par le bruit. C’est aussi le cas de 51 % des personnes travaillant dans plate-forme téléphonique, entre autres exemples. De manière générale, le bruit au travail gêne 39 % des actifs en France. Parmi les séquelles généralement observées chez  les personnes exposées, on note :
– stress, anxiété, agressivité, troubles de sommeil… ;
– troubles de l’audition, surdité, hypertension artérielle, affections cardio-vasculaires… ;
– baisse de la performance individuelle, troubles de la concentration, conflits interpersonnels, absentéisme, etc.
●  Comment prévenir les risques ?
Il est dans l’intérêt de l’employeur de prendre les mesures nécessaires (comme la loi l’y oblige) pour protéger la santé physique et mentale des travailleurs. Ces mesures doivent, notamment porter sur :
– l’évaluation des risques en collaboration avec le médecin du travail ;
– le contrôle du niveau d’exposition sonore ;
– la suppression ou la réduction du bruit et des facteurs favorisants (traitement acoustique, isolement phonique des locaux, mise à l’écart et signalisation des équipements bruyants, dispositifs d’insonorisation sur les machines, aménagements horaires et alternance des tâches pour les travailleurs, mise à leur disposition d’équipements de protection individuelle – casques antibruit, bouchons d’oreille…) ;
– l’information et la formation des travailleurs, etc.
Les atteintes auditives figurent, aujourd’hui, parmi les maladies professionnelles reconnues et indemnisées à ce titre par la sécurité sociale.

Albert DAVID

Auteur du Manuel de Référence – Prévention, Sécurité, Santé au Travail de A à Z ! (2011)
www.lemanueldereference.com

  1. relayclerly dit: 30 mai 201213:34

    ce que je cherchais, merci

Postez votre commentaire