— Le Blog Prévention

Archive
travail

La majorité des actes de travail n’affecterait pas outre mesure la santé des travailleurs si ceux-ci n’étaient pas, notamment, soumis à des contraintes physiques et mentales élevées et inadaptées. Quand on ajoute à cela des facteurs biomécaniques tels que les mauvaises postures, les vibrations ou encore les efforts musculaires excessifs et répétitifs (manutention des charges, travail sur écran, travail en position maintenue…), la probabilité d’apparition d’affections diverses est sérieusement renforcée. Ces affections peuvent prendre la forme de troubles musculo-squelettiques (TMS) touchant les articulations, les tendons, les muscles et les nerfs des membres et de la colonne vertébrale. Parmi les symptômes qui leur sont souvent associés : fourmillements et douleurs dans les mains (souvent la nuit) ; douleurs articulaires et tendineuses (coudes, épaules, dos, poignets…) ; perte de mobilité des bras (à l’extension et à la supination). Les TMS sont, aujourd’hui, la première cause de maladie professionnelle en France (80% des maladies recensées ! – Statistiques 2011 Assurance Maladie/Risques professionnels).

●  Comment peut-on les combattre?

Lire plus

Selon une étude de l’Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail (OSHA), plus d’un salarié européen sur 5 déclare souffrir de troubles de santé liés au stress au travail. Selon la même agence, « un état de stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face ». Le stress augmente ou diminue au fil des situations vécues négativement ou ressenties comme étant injustes. On l’associe, parfois, au burnout anglo-saxon, autrement dit à un épuisement progressif physique, mental et émotionnel de l’individu, auquel il contribue. Lorsqu’il découle de facteurs tenant à l’organisation du travail, à l’environnement de travail ou à une mauvaise communication dans l’entreprise, le stress peut conduire à des situations de harcèlement et de violence préjudiciable à la vie de groupe. Parmi les nombreuses atteintes associées qu’on lui associe, on note : maux de tête, fatigue générale, troubles de l’humeur, comportements à risques, addictions, anxiété, dépression…

Quelles solutions pour l’employeur ?

Il revient à l’employeur d’évaluer les risques résultant du stress et de corriger les situations et conditions de travail favorisant ou aggravant le phénomène, parmi lesquelles :

Lire plus

La vague de suicides au travail sans précédent que nous avons connu ces derniers temps nous amène forcément à nous interroger sur la métamorphose que le monde du travail a opérée ces dernières années. L’ouverture de nouveaux marchés mondiaux plus propices à la concurrence, l’éclosion de nouvelles technologies, la surmédiatisation de tous ces « nouveaux riches » qui ont bâti des fortunes en surfant sur les rebonds historiques des marchés boursiers ou en profitant de l’envolée des prix de l’immobilier, etc. Tous ces symboles de « réussite en libre-service » ont forcément leur part de responsabilité dans la création de nouvelles grilles de performances, toujours plus exigeantes, dans nos entreprises. Les contraintes de travail ont connu une progression exponentielle dans les années 2000. Les exigences des donneurs d’ordre, couplées à des méthodes managériales sans concessions, ont manifestement pesé sur la santé physique et psychique des travailleurs. Le travail, autrefois, vecteur de santé et garant de la dignité humaine a été l’objet d’un avilissement durable…

Lire plus